The Smart City Expo World Congress. Si vous êtes un adepte de l’engagement citoyen et de la construction de la communauté locale (vous l’êtes probablement puisque vous êtes sur ce blog); il est probable que vous ayez déjà entendu parler de cet événement qui se tient chaque année à Barcelone. Vous n’avez pas pu y assister? Aucun problème, Hoplr a envoyé une délégation sur le site de Gran Via Venue. Nous vous racontons tout ce qu’il s’est passé là-bas.

Smart City Expo World Congress Edition 2018

Smart City Expo World Congress est organisé depuis 2011et gagne chaque année en popularité. Lors de cette édition, l’évènement a rassemblé pas moins de 21.331 visiteurs venant de 146 pays et plus de 700 villes. 844 exposants et 400 orateurs ont offert un contenu passionnant durant les 3 jours du salon

Cette année, les organisateurs ont choisi de répartir les orateurs et les exposants selon 5 thèmes:

aperçu des thèmes de la conférence: digital transformation, urban environment, mobility, governance & finance, inclusive & sharing cities

Au programme: 5 salles de conférences offrant l’embarras du choix. Et comme on le dit souvent: « choisir, c’est renoncer ». Néanmoins, nous avons rapidement eu une préférence pour le sujet ‘Inclusive & Sharing Cities’ qui nous concernait précisément. On y reviendra plus tard.

Le Gran Via Venue accueillait cette année pas moins de 7 évènements au même moment: outre le Smart City Expo World Congress, étaient organisé également sur le site le Smart Mobility Congress, l’International Integrated Water Cycle Show, le Circular Economy European Summit, le Sharing Cities Summit, le Digital Future Society et le Smart City Week.

En tant qu’exposants, nous n’avons pas vraiment eu l’occasion de profiter de tout ça. Il y avait beaucoup d’attention pour la mobilité, vous pouviez également visiter une expo autour de l’eau, quant au sommet, on n’en a pas beaucoup entendu parler.

Au final, cette édition 2018 fut forte, avec une attention particulière pour l’IoT (Internet of things), la mobilité et l’environnement. De notre point de vue, on ajouterai encore le thème « happiness » comme sujet important. Dans les présentations autour de l’inclusion, la réfléxion suivante à souvent été avancée: les données, c’est bien beau tout ça, mais qu’en est-il du sentiment réel des citoyens? Bonne question.

Inclusive & Sharing Cities

photo de la salle où les présentations Keynote avaient lieu

Avec notre réseau social de quartier nous voulons rapprocher les gens d’une même ville ou commune. La cohésion sociale et l’inclusion sont profondément ancrées dans l’ADN de Hoplr. Il n’est donc pas étonnant que durant ce salon, nous ayons surtout assité aux conférences abordant le thème ‘Inclusive & Sharing Cities’.

Les conférences et autres présentations autour de ce thème étaient divisées en six sous-thèmes. Chacun d’entre eux a été traité par des experts dans le domaine. Ces sous-thèmes étaient:

  • Sharing Cities
  • Inclusion sociale
  • Politique de collaboration
  • Gentrification & Logement
  • Economie circulaire
  • Ecosystems innovants

Les sessions étaient composées de débats, de questions/réponses, ce qui a permis de mettre en avant des études de cas et de nouveaux défis. De nombreux intervenants ont partagé leur approche sur le thème en question, dans leur contexte à eux. D’autres ont également fait part des tendances et des défis auxquels il faudra faire face à l’avenir.

Il n’y a évidemment pas de réponse toute faite. Les conférenciers ont mis le doigt sur les points faibles et proposé des réponses créatives aux questions typiques: que faire face aux inégalités, comment impliquer le citoyen dans le processus de décision, comment atteindre les plus faibles, comment rendre les habitants vraiment heureux dans leur environnement?,…

Les conférenciers venaient d’horizons divers mais il s’agissait principalement de bourgmestres ou de décideurs de grandes villes, de professeurs et de chercheurs de grandes universités et également des experts du secteur privé.

un nombre d'orateurs sur scène

En ce qui nous concerne, les bourgmestres étaient particulièrement intéressants à écouter. Chacun d’entre eux a donné un point de vue neuf sur les défis auxquels ils sont confrontés. Le plus souvent, la fonction de bourgmestre a été qualifiée de « métier le plus difficile au monde », surtout par les bourgmestres eux-mêmes. Mais après les sessions, on comprenait un peu mieux pourquoi.

Les bourgmestres et autres décideurs venaient de Paris, Amsterdam, Barcelone, Münich, Milan, Andorre, Puebla, Kampala, Lyon, Den Bosch et New York.

Comme mentionné, les intervenants sont parvenus à inspirer leurs auditoires mais ils ont été moins loquaces lorsqu’ils ont soulevé les défis en matière d’inclusion et d’égalité. En effet, la question: « comment? » a été peu discutée la plupart du temps.

Case El Poblenou

L’histoire de Joan Clos, ancien maire de Barcelone, nous a fait voyager dans le temps. Il nous a ramenés à la naissance de 22 @ Barcelona, anciennement la zone industrielle de Poblenou dans le district de Sant Martí. Il nous a expliqué que, peu de temps avant le début du siècle, le taux de chômage dans la région était très élevé alors que le taux de rotation de la population et des entreprises étaient faibles.

photo qui montre le contraste entre délabrement et modernisation à Barcelone

Dans le passé, la région était terne et totalement axé sur l’industrie. Elle attirait donc presque exclusivement la classe ouvrière en termes de résidence. À la fin du pic de l’industrie, Poblenou est tombé en ruine et les habitants sont partis vers d’autres horizons.

Cependant, les Jeux olympiques de 1992 ont incité le gouvernement à changer la situation. Ils ont incité les habitants à nettoyer les façades de leurs maisons et pour la première fois, ils ont découverts les vraies couleurs des rues dans lesquelles ils vivaient. En impliquant ainsi la population, le gouvernement a réussi à limiter les coûts des premières étapes de cette transformation.

Par la suite, la ville a investi dans l’innovation en développant des quartiers à la fois résidentiels et commerciaux. Artistes et professionnels ont emménagé dans les anciens bâtiments industriels. L’idée sous-jacente était de ne pas se concentrer sur un seul secteur d’activité et de mélanger le commerce avec les zones résidentielles,… afin de rassembler tout le monde. La ville voulait assurer la cohésion et la valeur pour les habitants.

photo qui montre le district à Barcelone

Le projet 22 @ Barcelone n’est pas encore terminé, mais il rencontre déjà beaucoup de succès. Après dix ans, Poblenou héberge déjà 42,5% de locaux supplémentaires, 62,5% de travailleurs en plus, 22,8% de résidents en plus et 31% des entreprises reposant sur la connaissance. Le quartier semble sur la bonne voie pour atteindre le statut souhaité de « quartier des technologies et de l’innovation » de Barcelone.

Cette histoire est un bel apprentissage sur la cohésion sociale, la participation citoyenne et la formation de valeurs. Mais n’êtes-vous pas curieux de savoir concrètement comment cela a été mis en place? Comment Joan Clos a-t-il engagé le citoyen dans la conversation? Cela ne peut qu’inspirer.

L’exposition

 photo des stands d'exposition

Outre les nombreux conférenciers, il y avait également un grand nombre d’exposants à Gran Via Venue proposant des solutions diverses et variées pour développer les villes connectées. 99% d’entre eux concernaient des inventions technologiques et plus particulièrement l’intrigant IoT (Internet of things). Nous avons découvert le fabuleux smart graffiti: du StreetArt qui permet aussi de diffuser ou récolter des informations, voir même de recharger son smartphone!

Le plus frappant lors de ce Smart City Expo World Congress ce sont les stands des villes et pays. De nombreux pays étaient représentés avec de grands stands où des dizaines d’entreprises locales ont pu présenter leurs activités.

Belgique et Pays-Bas

La Belgique était bien représentée, avec trois stands à Barcelone: Bruxelles, la Wallonie et la Flandre. Nous étions bien sûr présents sur ce dernier. Pendant trois jours, les différentes entreprises flamandes ont proposés diverses présentations et démos . Outre Hoplr, il y avait aussi Tengu, Citymech et Databrokers DAO, entre autres. Chacun apportant des solutions aux différents défis auxquelles les villes sont confrontées.

photo de Jennick, CEO de Hoplr, qui explique à un visiteur

Les Pays-bas étaient aussi de la partie. Le Stand Hollandais était organisé de façon conviviale: 6 grandes villes se sont concentrées sur un défi spécifique et ont présenté des entreprises y apportant une réponse. D’ailleurs, Projet de La Haye qui a remporté le Smart City Award dans la catégorie « Inclusive & Sharing Cities ».

Conclusion

Cette édition du Smart City Expo World Congress a été un immense succès.  De notre côté, nous nous sentons un peu plus proches des défis auxquels font face les villes et les communes, ce qui nous permet de mieux coordonner nos collaborations avec elles.

En outre, nous pouvons parfaitement imaginer que l’exposition fournisse une inspiration profonde aux membres d’un gouvernement. L’exposition était très agréable et il y a de quoi remplir ces journées pendant 3 jours.
Et si vous vous demandez encore si vous serez présents l’année prochaine, pensez au tapas! Ils pourraient bien vous convaincre une fois pour toute.

photo de quatre membres de l'équipe Hoplr à Barcelone

Êtes-vous intéressés par toutes les possibilités de communication, d'action sociale de quartier et de participation que Hoplr et notre Tableau de Bord peuvent vous offrir? Demandez une séance d'information ou lisez plus sur les différents modules: https://services.hoplr.com. Demandez une séance d'information

Suivez notre bulletin